Dans Bruce Wayne, Mac Tyer rappe ‘la rue me connaît mieux qu’un fan de rap’. Il était donc normal de faire appel à un personnage qui le connait autant que la rue pour parler de sa nouvelle oeuvre, Je Suis Une Légende.

Journaliste, romancier et scénariste, Rachid Santaki est un orfèvre du polar urbain. Auteur entre autres de “Flic ou Caillera” et “Les Anges s’habillent en caillera”. La plume à la fois crue, parfois brutale et souvent poignante, il croque une rue noire et cruelle.

En 2012, pour son second roman, “Des Chiffres Et Des Litres”, il fait appel à Mac Tyer pour la bande originale. Le MC avec le réalisme et l’authenticité qui lui sont propres, va lui chroniquer en rimes et avec succès son polar. Trois ans plus tard, la roue tourne et c’est à Rachid Santaki de chroniquer Mac Tyer.

Auditeur, auditrice, lecteur, lectrice, caillera ou ange, vous découvrirez donc chaque jour un extrait de Je suis une légende chroniqué par le Victor Hugo du ghetto, Rachid Santaki.

1. Je Suis Une Légende

Mac Tyer se compare au personnage du film Robert Neville incarné par Will Smith, le dernier survivant de l’époque du Suprême et pourtant en avance sur son temps. Parfois incompris, ses auditeurs lui laisseront-ils le temps de franchir le cap de sa carrière ? Ici, Le Général nous relate son parcours, ses positions parfois critiquées mais sous sa carapace, il reste déter et efficace.

Je Suis Une Légende est un titre sur lequel Mac Tyer prend de la hauteur, avec comme sujets les valeurs familiales, l’environnement et en écoutant ce morceau, on pense aux nôtres, aux différentes familles qu’on a connues.

Partagez

 

2. Laisse-moi te dire

Ce titre grand public a surpris tout le monde et je m’interrogeais sur cette direction de Mac Tyer. Démontrait-il sa capacité à faire un morceau avec Maitre Gims ? Sa capacité à parler à un large public ?

Mac Tyer est plusieurs personnages à la fois. Tantôt mec de rue. Tantôt artiste. Et également entrepreneur avec toutes ses années à défendre sa musique en indépendance. Finalement le temps nous a démontré qu’il ne suivait aucun mouvement et qu’il le dictait. Ce titre que je vois comme une version actuelle de « Petit Frère/Petite sœur » où Le Général utilise le vocoder a suscité beaucoup de réactions, de questions et il aura fallu entendre « Je Suis Une Légende » pour remettre « Laisse-moi te dire » dans son contexte et comprendre qu’il partage son vécu pour donner de l’espoir aux plus jeunes.

Partagez

 

3. Bruce Wayne

C’est une mise au point sur la direction de Mac Tyer avec en sous ligne les préoccupations de Mac Tyer. Ce dernier parle de ses objectifs depuis sa signature sur Monstre Marin « J’ai signé chez Monstre Marin maintenant les prods, je dois les plier ».

Le Général alterne entre prises de vues dans le monde du rap et celui de la rue. Titre à la fois sombre qui joue de l’egotrip avec de la rancune dans les lyrics « Tous vos rappeurs me croyaient R.I.P » et une gravité dans la voix.

Mac Tyer, seul, sombre dans son délire et toujours en marche malgré les cicatrices de l’industrie musicale tout en soulignant : « Demain je pourrais être plein aux as, j’oublierai jamais l’essentiel ».

Partagez

 

4. El Chapo

El Chapo est le surnom d’un mafieux mexicain qui dirige un cartel spécialisé dans le trafic international de stupéfiants. Quel est le message dans ce morceau qui reprend le blaze d’un narcotrafiquant sachant que Mac Tyer a souvent pris des personnages héroïques comme Bruce Wayne ou Bruce Lee. Ce qui est certain c’est qu’il nous ramène sur le bitume et nous tombe dessus.

Avec El Chapo Mac Tyer fait indéniablement référence à la rue. Ce morceau est rue, bien rue et aussi authentique que ce qu’on retrouvait dans les précédents albums du Général. C’est donc une pièce charnière de l’album où le jeune vétéran et miraculé du rap nous démontre qu’il n’a rien perdu de la rue. Qu’il est toujours dedans avec l’avantage d’être dans son temps.

Pour ceux qui ne le savent pas Mac Tyer a toujours été dans un dilemme : La rue ou la musique ? Et malgré les difficultés, il n’a jamais lâché sa musique, à juste titre. Créatif, déçu mais toujours actif, Mac Tyer a pris ce personnage emblématique pour faire le lien entre la rue et ses choix. Il fait référence à ses erreurs « J’ai tellement pêché que je n’ai plus la force de regarder là-haut ».

Partagez

5. Bandit

C’est le premier morceau avec un aspect sociétal. Les autres titres présentent de l’égotrip, du concept et sur Bandit, Mac Tyer se positionne une nouvelle fois à la hauteur du Bitume.

Cela m’a fait penser à la famille Bensama, fratrie et caïds de mes romans (Des Chiffres Et Des Litres, Flic Ou Caillera). Les Bensama, tombés dans le trafic sont devenue les leaders de la rue et ce titre pourrait expliquer leur trajectoire avec ce refrain : « On est si proche des problèmes/la zone est criminogène/ c’est pour ça qu’on est des bandits ». J’y vois donc là un bon titre pour l’un de mes romans.

Avec cet univers musical et bétonné, Mac Tyer modernise la rue et amène quelque chose d’intéressant.

Partagez

 

 

6. Il y en a

Ce pronom indéfini montre plusieurs situations entre la musique, la rue et sa vie. Ainsi Socrate s’amuse à la plume et balance un titre efficace. J’ai noté ce passage : « Il y en a que t’irrites, il y a ceux que t’invites, il y a ceux que tu vires ». Et conclut : « Y a tout ici des larmes et des drames et le combat continue »

Le titre est efficace et s’inscrit aussi dans le rap français en usant d’assonances, d’allitérations. Mac Tyer maitrise ce genre d’exercice et nous en fait profiter. Il y en a qui devrait kiffer… D’accord, je sors.

Partagez

 

7. Ouragan

Sur Ouragan, Mac Tyer a produit un titre où c’est une espèce d’apocalypse. Notre monde en changement et les évènements l’ont-ils poussé à lâcher ce morceau ? D’ailleurs il annonce dans le début du morceau, qu’il était obligé de faire un titre. Je reconnais bien là Mac Tyer, artiste aussi déchiré que notre société, revenant sur ce qui l’a marqué.

C’est ce que j’ai toujours vu chez Mac Tyer, un mec qui se bat pour s’imposer, qui se révolte contre les suiveurs et qui défend avec passion ses points de vue. Il y a aussi plusieurs références à l’ouragan : la connexion avec Gims, les évènements de janvier, les joies et les douleurs qui le hantent.

Partagez

8. Partout la même

Le Général va mettre d’accord tous les quartiers avec cette fresque sombre qui souligne les trahisons communes. Dans le premier couplet, il fait référence aux séparations entre potes de cité à l’image encore une fois Des Chiffres Et Des Litres et l’illustre par La rue c’est partout la même.

Il raconte dans le second couplet la trahison d’une meuf avec son mec incarcéré et le pote qui la voit partir avec un autre. Couplet parsemé d’instantanés qui illustrent cette rue : « Que des crapules. Des keufs qui viennent chez toi quand tu ronfles ».

Partagez

 

 

9. Comme vous

Dans ce titre, Mac Tyer brise la distance ou le mythe et réalise un titre qui rappelle les hauts et les bas de chacun d’entre nous. Il raconte celui qui se tue au shit, qui passe de l’ombre à la lumière ou encore ceux déterminés à parvenir à leur fin : « Comme vous, joint de beuh, joint de frappe » et pas mal de rimes en « ou ».

Il compare donc des situations du quotidien, des situations d’autres personnes et j’ai bien aimé ce passage : « Toi tu jetais de l’oseille, moi je jetais des pierres« , référence au 93 connu pour être un département de mangeur de pierre, comprenez d’affamés. Ici, Mac Tyer pousse le chant, s’amuse complètement et démontre qu’il a beau être une légende, il reste comme nous, proche de la réalité.

Partagez

 

10. Malheureux

Un sondage réalisé en 2011 par BVA et Gallup International, faisait ressortir que les Français sont le peuple le plus pessimiste du monde – plus sombre encore que les habitants de zones de guerre comme l’Irak et l’Afghanistan et Mac Tyer incarne ce phénomène sur ce morceau, illustrant la recherche éternel du général.

Ce dernier s’est toujours battu depuis son groupe Tandem, puis le succès d’estime, sa carrière solo, ses prises de risques en imposant ses délires et aujourd’hui il essuie d’autres épreuves. Malheureux illustre le fond du Général, toujours soucieux mais qui s’évade grâce à sa musique, à cet héritage et le fait d’être dans son temps.

Mac Tyer est parfois cru. Parfois métaphorique nous balançant des images : «  La peine d’un gazaoui que je partage sur Facebook ». 
On a ici un véritable sujet – à savoir la misère sentimentale – Ce que nous montrons à l’extérieur et ce que nous vivons au plus profond de nous.

Mac Tyer s’est permis sur ce titre, non pas de faire du misérabilisme, mais de se livrer, chose qu’il avait commencé sur « Ha ! Ha! Ha ! » où Socrate expliquait qu’il avait décidé de sourire.

Partagez

11. Un Jour Peut-Être

Mac Tyer avait produit avec son groupe « 93 hardcore » et aujourd’hui il arrive d’une autre manière, façon lover. Socrate s’était déjà prêté à l’exercice sur d’autres albums notamment avec « Tout Est Fini » mais il pousse l’idée jusqu’au bout en chantant. Un titre qui peut sembler léger, à l’eau de rose mais qui s’avère bien plus délicat dans un monde où l’on ne dévoile plus ses sentiments, ou tout est numérique, physique.

Le film documentaire L’amour En Cité récemment diffusé sur France 4 évoquait l’amour dans les quartiers. Si pour certains, dévoiler ses sentiments peut être perçu comme une faiblesse, Mac Tyer nous démontre l’inverse.

Après MC solaar qui s’était démarqué du rap sur le titre Caroline et avait marqué tout une génération, Mac Tyer apporte sa pierre à l’édifice en portant auprès des jeunes l’amour avec comme grand A, Un Jour Peut Etre.

Partagez

 

 

12. Seul à y croire

J’avais déjà entendu Mac Tyer s’essayer à des titres club, en l’occurrence sur Seine Saint Denis ou Ah ! Ah ! Ah ! Mais cette fois ci Socrate renoue dans la tradition du rap sur une instru funk. Concernant le sample il me semble qu’il s’agit d’un sample d’Earth Wind And Fire et Seul A Y Croire s’inscrit dans la tradition de ce que faisait Biggie en utilisant de gros sons 80 (Juicy, Hypnotize, etc.).

Mac Tyer garde dans les lyrics son coté cru et vindicatif  : « 93 on est baisé/en 2015 y en a toujours qui ne savent pas qui je suis ». Ce titre est différent des autres et nous permet de découvrir une autre perspective de Mac Tyer et accentue ce virage dans sa carrière. Si, si…

Partagez

13. À qui la faute

Mac Tyer jette dans ce titre des fragments de mots et de pensées et c’est comme si Socrate vidait son esprit de clichés, d’actualités. À Qui La Faute, un titre sociétal rempli d’images de l’univers du Général. Je m’interroge sur la portée de ces lyrics : « L’amour rend aveugle mais les voisins ont des yeux ».

Un morceau encore en décalage et en avance comme il l’a fait dans son premier solo d’ailleurs intitulé Le Général et j’ai noté ces lyrics : « Je calcule pas le milieu du rap ils sont ingrats comme les enfants ». Cela sonne juste dans un milieu où le rap s’est infantilisé ces dernières années et a éloigné beaucoup d’anciens. À qui la faute ?

Partagez

 

14. VB1143

Un morceau street que Mac Tyer maitrise comme un petit jeune sur un compét’.

Sur ce titre il nous parle des nouvelles générations et de leur rapport à la rue. Ces soldats du bitume plus déterminés, plus assoiffés par la réussite financière et qu’on n’arrête pas. Beaucoup d’entre nous, ont connus les confrontations et oppositions entre générations pour des enjeux de terrains et plus le temps passe, plus ces nouvelles générations sont jusqu’au-boutiste. Mac Tyer ne leur fait pas la leçon et d’ailleurs cela se traduit par un lyrics : « Petit frère je ne peux pas t’empêcher de vi-ser / Les tipeu sont violents et rusés ».

J’ai noté quelques passages : « ce n’est pas le voyeurisme viral qui va arrêter le massacre ». « Je fais, tu me regardes faire ». « Du sang et des larmes » 

Partagez

 

15. Ce monde me fait peur

Avec le refrain « Comme le taxis de Douala, j’ai le sourire jaune » Mac Tyer fait référence à l’évolution de notre monde et ses principaux changements dus à l’ère numérique et parce qu’on vieillit.

Mac Tyer est fasciné par l’humain, par la mécanique de ce monde et de ses extrêmes liés à la rue « La rue m’a donné, la rue m’a repris, la vie m’appris ». La question du futur se pose pour les trentenaires d’autant plus lorsqu’on a des enfants et on comprend très bien cette interrogation avec un mode qui change. Sur ce morceau Mac Tyer observe le quartier avec pessimisme et questionnements sur ce monde

Partagez

 

 

16. Respecte les

Dans les années 80, il y a eu le « Gang d’Auber » une bande spécialisée dans les voitures (les fameuses doublettes) et les braquages. Les leaders de cette organisation se sont d’ailleurs retrouvés à commettre le premier braquage de l’histoire du Japon. C’était en 1986 à Tokyo et cette « dernière bande » (elle éclate fin des années 80). Dernière car elle avait des valeurs (dont celle du respect) qui se sont perdues. Cette longue aparté pour faire le lien entre Auber et ceux qu’on pourrait appeler « Les Anciens ».

Sur ce titre, Mac Tyer aborde le thème du respect des anciens sous le prisme de la délinquance ; Braquo, séquestration, drogue et murder. Socrate nous parle du parcours d’ainés passés aussi par cette voie sans issue et évoque le respect qu’on doit avoir pour les ainés. C’est une manière inattendue  d’aborder le respect et qu’on peut transposer. Mac Tyer ne manque pas d’envoyer un pic au rap game et ceux qui piétinent cette valeur essentielle : « Surtout quand je vois ces négros dire n’importe quoi »

Partagez

 

17. Faire du sale

Ce morceau a une triple lecture. La première c’est un hommage à Bigou, présent sur ce titre. La seconde,  un freestyle diffusé sur le net en début d’année et une réponse de Mac Tyer sur sa capacité à Faire Du Sale après sa signature chez Monstre Marin. Et la troisième, la fidélité de Socrate envers ses amis, son équipe dont Joe Le Balafré fait indéniablement partie. En effet, le Général est resté proche des siens et Faire Du Sale l’illustre bien

Partagez

 

18. Outro

Mac Tyer a passé un cap dans sa carrière avec toutes ces années en indé, tout ce patrimoine musicale cumulé avec son groupe ou en solo, Socrate ne manque pas de souligner qu’il a travaillé : « Je rappe sans artifices, tu vois les sacrifices / Maintenant que tu me vois briller n’oublie pas que j’ai trimé » et attaque d’autres MC « Je mets ta carrière au bucher comme Jeanne d’Arc ».

Mac Tyer boucle un album riche en palette musicale, en thèmes parfois inattendus. Son septième album solo sera celui de la consécration.

Partagez